Attachement à la souffrance

Pleine lune en fond d'un verre d'eau

Quand un aspect de notre vie ne nous convient pas et qu’on doute de pouvoir avoir mieux, il peut être tentant de déguiser notre peur en une ouverture spirituelle.

Ainsi, plutôt que de prendre les choses en main et d’effectuer un changement, on se dira qu’on a une belle occasion de croissance.
Ou qu’on est en train de transcender les besoins et préférences de notre ego.
Ou que la situation reflète notre faible estime de nous, et qu’on doit commencer par s’aimer pour que les choses puissent s’arranger.

Ça fait mal, mais avec toutes sortes de fioritures ésotérico-psychologico-profondes, on se crée une raison noble de maintenir le statu-quo.
Et plutôt que de changer les circonstances, on essaie de se changer en un idéal d’imperturbabilité.

Combien de situations avez-vous tolérées ainsi ?

Rester dans une situation qui n’est pas optimale est un choix tout à fait valide.
Je l’ai déjà fait, et je le referai certainement.
La réalité n’est pas que «bonne» ou «mauvaise», c’est plus complexe que cela.

Mais il y a des moments où on sait au fond de nous que ça ne fonctionne pas et que la seule chose à «apprendre» est de faire un choix différent (en mettant ses limites, ou en disant ce qu’on ressent, ou tout simplement en s’en allant).
On pourrait certainement grandir en restant dans la douleur… mais je ne sais pas si ce type de douleur a autre chose à nous apporter que la motivation de s’en libérer.
Et il me semble que ça finit par être redondant.

La vie apporte déjà, par défaut, toutes les occasions d’évolution dont on a besoin (avec quelques spécimens extra en cadeau, juste au cas).
On ne gagne pas de «points boni» cosmiques si on en ajoute au lot.

Et bien que traverser des épreuves demande beaucoup de courage, ce qui en demande encore davantage, pour plusieurs d’entre nous, est de se libérer de notre attachement à la souffrance et de se déclarer profondément digne d’une vie douce et saine qui nous fait comme un gant.

Auteur Inconnu



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.