Cette divine et parfaite pagaille

 

Incline-toi devant tes maladresses.
Souris-leurs.
Sois ami avec ton incompétence.
Ris quand tu trébuches et tombes. Ce sont des ondes précieuses dans l’immensité indéfinissable de qui tu es.
La perfection ne peut être atteinte dans le temps, elle n’est trouvée que dans la présence ; la présence de l’imperfection te fait réel, fiable et c’est parfait…

Tu seras cohérent quand tu seras mort…
Jusque là, célèbre ton idiotie, ta merveilleuse incapacité à te conformer ou à être à la hauteur de n’importe quelle image de toi.

Ne t’ennuie pas dans un coma spirituel.
Dis la mauvaise chose, juste pour une fois.
Il y a une telle liberté à s’autoriser à merder, à être gentil avec ses erreurs, à embrasser le sol et se relever à nouveau, à adorer la chute aussi.

Ne laisse pas ta spiritualité engourdir ton humanité, ton humilité, et le plus important, ton sens de l’humour.

Jeff Foster



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :