Face au vide

Blog Franck Angel therapy

Ce n’est pas la première fois que je fais face à ce genre de vide. 

Je ne l’ai encore jamais vécu aussi crûment, mais dans un sens, c’est une expérience qu’on vit constamment, à différents degrés, et que vous vivez probablement aussi en ce moment, que ce soit sur un plan spécifique de votre vie ou dans son ensemble.

Ce fameux décalage entre ce qui nous entoure et ce qui nous habite…

Devant une vaste étendue de roc et de sable, la tentation est forte de s’assécher intérieurement… 

À défaut d’avoir une vie qui nous ressemble, on s’arrange pour ressembler à notre vie. 
Ainsi, l’incohérence est partie. 
Et c’est une façon de se protéger, aussi… 

On se retire, on se rend hors d’atteinte. 
On flotte au-dessus de la réalité en attendant d’avoir un sol plus invitant où se poser. 
Je ne sais pas pour vous, mais j’ai vécu bien des moments de ma vie ainsi, pas tout à fait là, à rêver de miracles qui la rendraient digne de moi.

Donc, aujourd’hui, je regarde ce qui m’habite, je constate ce qui m’entoure, et je dois choisir comment je compose avec tout cela. 
Mon cœur a envie de retenir son souffle, d’attendre d’avoir un air plus vibrant à respirer. 
Ma tête essaie de m’aspirer dans son univers prévisible et préfabriqué. 

Le réflexe de commencer à attendre l’avenir, et de puiser ma joie dans des idées plutôt que dans la réalité est bien là. 
Des pensées comme «un jour, ce sera différent» ou «tout est possible» sont des pensées tellement séduisantes. 

Mais vous savez quoi ?
Cette fois, je regarde autour de moi, et j’ai une seule envie : rester là. Oui, simplement rester là… 
Juste être pleinement dans mon désert, tel qu’il est, sans faire semblant que ce serait mon premier choix, mais sans non plus le rejeter.

Je suis là. Le cœur ouvert, le dos droit.

Marie-Pier Charron



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.