La Bioénergie

Blog Franck Angel Therapy

Une équipe de recherche biologique à l’Université de Bielefeld a fait une découverte révolutionnaire qui prouve que les plantes peuvent absorber l’énergie à partir d’autres plantes. 

Cette découverte pourrait également avoir un impact majeur sur l’avenir de la bioénergie en finissant par fournir la preuve que les gens puisent l’énergie d’autres personnes de la même façon.

Les membres de l’équipe de recherche en biologie du professeur Dr. Olaf Kruse ont confirmé pour la première fois qu’une plante, l’algue verte Chlamydomonas reinhardtii, synthétise non seulement la matière organique en utilisant la lumière du soleil (photosynthèse), mais a également une autre alternative d’énergie : elle peut absorber l’énergie d’autres plantes. 

Les fleurs ont besoin d’eau et de lumière pour pousser et les gens ne sont pas différents. 

Notre corps physique est comme une éponge qui absorbe l’environnement. 
« C’est exactement pour cette raison qu’il y a certaines personnes qui se sentent mal à l’aise dans certaines situations de groupes spécifiques où il y a un mélange d’énergies et d’émotions. », explique la psychologue et guérisseuse Dr Olivia Bader-Lee.

Les plantes captent l’énergie de la lumière, absorbent le gaz carbonique de l’air, et l’eau du sol, pour produire de la matière vivante (bois, feuille, fleurs, racines). 
Dans une série d’expériences, le Professeur Dr. Olaf Kruse et son équipe ont cultivé des espèces microscopiques d’algues vertes Chlamydomonas reinhardtii et ont observé que, lorsqu’elles sont en manque d’énergie, ces plantes unicellulaires peuvent absorber la cellulose végétale voisine à la place. 

L’algue sécrète des enzymes (appelées cellulases) qui « digèrent » la cellulose, la décomposent en petits morceaux de sucre.

Ceux-ci sont ensuite transportés dans les cellules et transformés en source d’énergie : l’algue peut continuer à se développer. « C’est la première fois qu’un tel comportement a été confirmé dans un organisme végétal. » déclare le professeur Kruse. 

« Cette algue qui peut digérer la cellulose est en contradiction avec les manuels précédents. D’une certaine manière, ce que nous voyons ce sont des plantes qui mangent des plantes. » 

Actuellement, les scientifiques étudient si on peut également trouver ce mécanisme dans d’autres espèces d’algues. Les premiers résultats indiquent que c’est le cas.

« Quand les études énergétiques seront plus avancées au cours des prochaines années, nous finirons par voir comment cela se traduit chez les êtres humains également. » a déclaré Bader-Lee. 

« L’organisme humain ressemble beaucoup à une plante, il puise l’énergie nécessaire pour alimenter les états émotionnels et cela peut essentiellement alimenter les cellules ou entraîner une hausse de cortisol et des cellules catabolisées selon le déclencheur émotionnel. »

Bader-Lee suggère que le domaine de la bioénergie est maintenant en constante évolution et que les études sur le monde végétal et animal seront bientôt traduites et démontreront ce que les métaphysiciens en énergie savent depuis toujours, que les humains peuvent se guérir simplement par transfert d’énergie comme les plantes. 

« L’humain peut absorber et se guérir par le biais d’autres humains, animaux et une partie de la nature. C’est pourquoi beaucoup de gens se sentent plein d’énergie lorsqu’ils sont en pleine nature. » a-t-elle conclu.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.