Les lentilles

On dit qu’un jour, Diogène, le philosophe, mangeait des lentilles pour son souper. 

Aristippe, autre philosophe, qui menait, en courtisan du roi, une existence plus que confortable, vint à passer. 

Il s’arrêta et lui dit :
– Si tu apprenais à flatter le roi, tu n’en serais pas à te nourrir de vils déchets comme ces lentilles.

– Et toi, lui répondit Diogène, si tu avais appris à te nourrir de lentilles tu n’en serais pas à ramper devant le roi.

La simplicité est libératrice de des chaînes les plus brillantes de la matière.
Oui, ce qui brille illumine le regard qui a son tour illumine l’Ego.
Ne laissez pas l’Ego de vos désirs vous amener à sortir de votre socle dans cette humanité.

La Grandeur de votre liberté est lié à deux aspects :
la maîtrise de votre mental et de vous servir de l’intelligence du cœur.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll to Top
%d blogueurs aiment cette page :