Sur ce chemin

L'impermanence

Cher Ami(e),

Sur le chemin, à certains moments, tu seras inévitablement rejeté, méprisé, et surtout fui par tes congénères. 
L’impermanence est une des grandes lois de l’existence. 
Et il en est de même pour les relations humaines, que pour les saisons.

Sur ce chemin, quand tu auras donné à t’en dessécher le coeur, 
Quand on aura bu à ta source jusqu’à tarir ton âme,
Quand tout sera sec, aride et dépeuplé, 
Quand ce que tu appelais “amis” t’aura déserté, 

Rappelles-toi seulement qu’il est bien ambitieux de demander d’être compris par qui ne se comprend pas lui-même,
d’être entendu par celui qui ne sait pas s’écouter et qui est en perpétuelle fuite du Soi,
d’être accepté par celui qui ne s’accepte pas.

Je dis souvent qu’on ne peut rencontrer l’autre qu’aussi profondément que l’on s’est déjà rencontré soi-même.
Il est dit qu’aucun arbre ne peut croître au ciel sans avoir ses racines en enfer.
Indéfectibilité et inconditionnalité d’une relation sont réservées à ceux qui sont familiers avec leur propre ombre.

Cela implique un chemin introspectif que peu sont prêts à entreprendre.
Ce chemin commence par prendre conscience de son masque (la persona), pour mieux le déposer.
Ce qui permet l’exploration sincère de son espace intérieur, la rencontre avec ses blessures pour ne plus les fuir,
Et enfin placer le respect de l’autre comme une valeur supérieure à la fuite incontrôlée et névrosée de son intériorité.

Curieux Hasard



1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.