Sur la Parole

Et alors un homme de lettres dit, “Parle-nous de la Parole”. 

Et il répondit, en disant : 
“Vous parlez quand vous cessez d’être en paix avec vos pensées.

Et quand vous vous lassez d’habiter la solitude de votre cœur, vous allez vivre sur vos lèvres, 
et les sons qui s’en échappent vous servent de divertissement et de passe-temps. 

Et souvent, vous noyez la moitié de vos pensées sous les flots de vos paroles. 
Car bien que la pensée soit un oiseau éthéré, qui pourrait déployer ses ailes dans une cage de mots mais ne saurait s’envoler. 

Certains d’entre vous recherchent les bavards par crainte de rester seuls. 
Comme ils se sentent mis à nu par le silence de la solitude, ils préfèrent alors le fuir. 

Et d’autres parmi vous qui parlent, et sans le savoir ni le prévoir de leur bouche sort une vérité dont ils ignorent la portée. 

Il en est également qui portent la vérité en eux-mêmes, et la transmettent sans passer par la parole.
C’est en leur sein que se love l’esprit en silence rythmé. 

Quand vous rencontrez un ami au bord de la route ou sur la place du marché, que l’esprit en vous anime vos lèvres et inspire votre langue. 
Que la voix en votre voix parle à l’oreille de son oreille.

Car son âme gardera la vérité de votre coeur comme le palais se souvient du bouquet du vin. 
Même si sa couleur est oubliée, même si la coupe n’est plus”. 

Khalil Gibran : Le prophète



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.